La Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale s’oppose à l’adoption d’une nouvelle constitution

  • Publiée par Mamadouba Camara
  • 18 juillet 2019 17 h 06 min
  • 0

La Guinée à l’instar des autres pays membres de la CPI, a célébré 21ème anniversaire de la création de la cour pénale internationale. En marge de cette célébration, les Membres de la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale ont organisé une conférence ce jeudi 18 juillet 2019 à la maison de la presse sous le thème« les 21 ans de la CPI et la situation sociopolitique de la Guinée». 

Dans une déclaration qui a sanctionné cette conférence, les responsables  de cette coalition ont indiqué que le 21ème anniversaire est célébré dans un contexte où les Guinéens sont victimes de cas graves violations  de droits de l’homme. « Au moment de cette célébration, les Guinéens sont victimes de cas graves de violations des droits de l’homme , notamment l’interdiction du droit de manifestation sur toute l’étendue du territoire national, les arrestations illégales et des poursuites judiciaires contre lescitoyens qui s’opposent à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat pour l’actuel président de la République, violations répétées de la liberté de la liberté d’expression et de reunion» a déclaré Salamatou Bah, membre de cette coalition .

Pour toutes ces raisoins poursuit t-elle , « la CGCIP affirme solennellement son opposition à l’adoption d’une nouvelle constitution et à un 3ème mandat. Notre organisation précise qu’un tel projet ne constitue nullement une priorité pour la Guinée et le risque d’engendrer des conséquences graves et inimaginables pour les populations Guinéennes, qui pourraient entrainer des crimes graves relevant de la compétence de la cour pénale internationale» a t-elle souligné .

Pour terminer, la Coalition Guinéenne de la Cour Pénale Internationale demande «au gouvernement Guinéen d’abandonner toutes tentatives de modification de la Constitution du 07 mai 2010. Exiger la libération sans condition des personnes illégalement arrêtées parce qu’elles défendent la constitution.Exhorte et encourage le peuple de Guinée à s’opposer par les voies légales à tout projet de nouvelle constitution et à un 3ème mandat».

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire