Message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, à l’occasion de la Journée mondiale du Diabète 2016

  • Publiée par Redaction
  • 15 novembre 2017 2 h 55 min
  • 0

Aujourd’hui, le 14 novembre, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se joint au reste de la Communauté internationale pour célébrer la Journée mondiale du Diabète sous le thème: «Les Yeux sur le Diabète».

Ce thème souligne l’importance du dépistage pour un diagnostic et un traitement précoces du diabète de type 2 afin de réduire les graves complications, les invalidités et la mort.
Le diabète est une maladie chronique caractérisée par des niveaux élevés de sucre dans le sang. Il peut être dû soit à la production insuffisante d’insuline par le pancréas (diabète de type 1), soit lorsque le corps ne peut pas utiliser efficacement l’insuline qu’il produit (diabète de type 2). La plupart des cas de diabète sont de type 2 et sont dans une large mesure évitables.

Avec le temps, l’élévation du niveau de sucre dans le sang peut provoquer des atteintes graves des nerfs et des vaisseaux sanguins se traduisant par des complications telles que la déficience visuelle et la cécité, la crise cardiaque, les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance rénale et les amputations des membres inférieurs.
Le nombre de personnes vivant avec le diabète dans la Région africaine est passé de 4 millions en 1980 à 25 millions en 2014. Actuellement, la prévalence du diabète dans la Région africaine est estimée à 7,1% contre 3,1% en 1980. L’augmentation du fardeau du diabète est due à de nombreux facteurs tels que le vieillissement, l’obésité, la génétique et les changements de mode de vie.
Le diagnostic, la détection et la prise en charge précoces du diabète de type 2 réduisent la survenue des complications telles que la déficience visuelle et la cécité.

La prise en charge du diabète de type 2 implique le contrôle de la glycémie par une combinaison entre le régime alimentaire, l’activité physique, les conseils hygiéno-diététiques et l’administration de médicaments appropriés en cas de nécessité.
Le surpoids et l’obésité sont les facteurs de risque les plus importants du diabète de type 2. Depuis 1980, la prévalence de l’obésité est en augmentation dans le monde et spécifiquement dans notre région. En 2014, la prévalence de l’obésité chez les adultes était estimée à 22,9% chez les hommes et à 38,6 % chez les femmes. Le surpoids de l’enfant est également en augmentation, surtout dans les pays d’Afrique australe, où, entre 2000 et 2013, sa prévalence chez les enfants de moins de 5 ans, est passée de 11% à 19%.

La consommation des aliments riches en calories, combinée à une activité physique insuffisante, contribue au surpoids et à l’obésité.
Le risque de développer un diabète de type 2 et ses complications pourrait être considérablement réduit en gardant un poids corporel adéquat, en s’adonnant à une activité physique régulière, en suivant quotidiennement un régime alimentaire bien équilibré, pauvre en sucres et en matières grasses, et complété par des fruits et légumes frais, ainsi qu’en évitant le tabac et l’usage nocif d’alcool tout au long de la vie.
Beaucoup reste à faire dans la Région africaine pour endiguer la vague croissante de maladies non transmissibles dont le diabète.

J’aimerais inviter les gouvernements à accélérer la prévention et la lutte contre le diabète et les autres maladies non transmissibles, en adoptant des politiques, lois et programmes qui promeuvent une alimentation saine, une activité physique régulière et qui réduisent le tabagisme et l’usage nocif de l’alcool.
La Journée mondiale du Diabète est une grande opportunité pour renforcer la sensibilisation du public au diabète et aux moyens de le prévenir notamment le dépistage régulier, le diagnostic précoce et l’accès équitable aux médicaments et technologies pour la prise en charge du diabète et de ses complications telles que la déficience visuelle et la cécité.

Chaque adulte de plus de 40 ans devrait en savoir davantage sur le diabète de type 2 et se rendre régulièrement chez un professionnel de la santé pour un dépistage du diabète.
Aux personnes vivant avec le diabète, je vous exhorte à suivre les conseils des prestataires de soins de santé et à faire examiner vos yeux pour un dépistage des complications oculaires dues au diabète.
L’OMS continuera à fournir un appui technique aux États membres afin de leur permettre d’élaborer leurs politiques, stratégies et plans nationaux, notamment les lignes directrices scientifiques pour prévenir et lutter contre le diabète et les autres maladies non transmissibles.

Je vous remercie.

 

Précédent «
Suivant »

664 71 82 86

Laisser un commentaire